r

r
Ce blog n’est pas rosicrucien, martiniste ou maçonnique, mais s'intéresse à ces trois courants initiatiques et traditionnels.

vendredi 15 septembre 2017

Les Rites Égyptiens : de Cagliostro aux fils d’Alexandrie


2e rencontres de la tarente

Les Éditions de la Tarente vous convient à une journée de rencontres et d’études sur le thème des Rites Égyptiens. La journée du samedi 4 novembre 2017 s’articulera autour de quatre conférenciers qui ont une grande connaissance de la Maçonnerie Éyptienne. 

Serge Caillet et Rémi Boyer nous ont fait l’honneur de participer aux premières rencontres des Éditions de la Tarente. Il revienne cette année accompagnés de deux nouveaux intervenants.
Tout d’abord Bernadette Cappello, passée grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm nous contera l’histoire de la GLFMM. Et Denis Labouré, astrologue et fin connaisseur de la maçonnerie égyptienne nous parlera de Cagliostro. 
Un modérateur de choix viendra animer cette journée : Robert Guinot, passé président du Conseil national de la LNF. Car s’il pratique aujourd’hui le RER, il n’en est pas moins né au rite de Memphis-Misraïm. 
C’est à un véritable échange auquel nous vous convions car toutes les conférences seront suivies du traditionnel questions/réponses avec les participants.

SAMEDI 4 NOVEMBRE 2017 - DE 9H À 18H - LE MORRISON À GÉMENOS

INFOS - RÉSERVATION : reservations@latarente.com

 

Programme

  • 09h00 — Accueil
  • 09h30 — Introduction de Robert Guinot (Passé Président du Conseil National de la Loge Nationale Française)
  • 09h45 — Denis Labouré : Cagliostro et ses pratiques
  • 10h45 — Pause
  • 11h00 — Rémi Boyer : Les Arcana Arcanorum : démystification et réenchantement
  • 12h00 — Question réponse sur les 2 interventions de la matinée
  • 12h30 — Pause Déjeuner
  • 14h00 — Bernadette Cappello : Histoire et féminité au sein des rites égyptiens
  • 15h00 — Pause
  • 15h15 — Serge Caillet : Les fils d’Alexandrie : ces hommes qui ont fait les rites égyptiens au XXe siècle
  • 16h15 — Question réponse sur les 2 interventions de l’après-midi
  • 17h00 — Synthèse par Robert Guinot
Thierry Ronat

dimanche 3 septembre 2017

Martinisme et martinsime, le juste milieu



Le site du Philosophe Inconnu fait sa rentrée avec une mise en ligne de deux articles de fond qui ne manquera pas de secouer un peu le landernau des martinisants, quelque peu asphyxié par diverses défluviations bien éloignées du juste milieu.



Accès direct : ICI





 Accès direct : ICI

Avec l'objectivité et la rigueur que nous lui connaissons, sans prétendre être un donneur de leçon mais avec objectivité, Dominique Clairembault s'attache à nous présenter de textes
qui n’écorcheront que la susceptibilité des "Compagnons de la cacophonie".

samedi 19 août 2017

La géographie sacrée de la France - Partie 2


La Terre est parcourue par des lignes imaginaires qui sillonnent le globe  : Les parallèles et les méridiens. Intéressons nous particulièrement aux méridiens qui traversent la France :
Méridien zéro, méridienne verte, méridien de Saint-Sulpice, méridien de Bourges, méridien de Paris, la Rose-Ligne sont autant de lignes virtuelles que le grand public ne connaît pas ou mal.


Aucune communication sur le sujet car on touche à la géographie secrète et sacrée de la France. L'observation des lieux sacrés partout sur la planète (mégalithes, monuments, ouvrages de terre, lieux de cérémonie) révèle qu'ils ne sont pas situés au hasard, mais sur des lignes géométriques précises.

La Terre est tissée d'un réseau de ces lignes qui sont les manifestations physiques de flux énergétiques. Les réseaux Hartmann et Curry, se présentent identique à un treillis de carrés entrelacés de "champs énergétiques" différents, "les réseaux telluriques" comme les lignes de Ley.
Les peuples anciens détenaient la connaissance de ces flux et l'ont imprimée dans le paysage. Pour nous ce fut principalement les Celtes, beaucoup de monuments religieux ont repris ces emplacements. Les indigènes actuels d'Australie et d'Amérique du Sud ne l'ont pas oublié.

La France est souvent appelée Hexagone, car le territoire peut-être assimilé à un polygone à 6 côtés d'où son nom. Mais très peu connaissent les véritables raisons qui sont historiques et sacrées.

Notre territoire respecte une géométrie très particulière balisée depuis très longtemps. Pour s'en convaincre, il suffit de dessiner le VRAI hexagone, celui qui est centré sur la plus grande pyramide de France, celle de Saint-Amande-Montrond et qu'on oriente l'hexagone sur le méridien, la capitale Paris trouve alors une place singulière : Paris est à la croisée du méridien secret et d'une parallèle calées sur l'hexagone.

La connaissance de la géométrie sacrée nous viendrait d’Égypte, par les rois Mérovingiens qui seraient de descendance égyptienne. Cette connaissance sera transmise jusqu'au Templiers, voir l'implantation de leurs commanderies. Ensuite cette connaissance sera conservée dans dans cercles initiés. 

Les abbayes cisterciennes ont été placées sur des tracés prédéfinis. Ces tracés sont tous des étoiles de David qui sont obtenues en traçant des lignes entre les différentes abbayes. Personne ne sait comment ces tracés ont été créés.  Idem pour les cathédrales ainsi que d'autres monuments.



Je vous invite à faire vos propres recherches sur la géographie sacrée concernant, l'implantation des bâtiments et monuments importants des grandes villes du monde : Paris, Washington, Londres ...
 
Vous trouverez dans le lien ci-dessous un cas très concert.
par Christophe de Cène 

Thierry Ronat







lundi 24 juillet 2017

La géographie sacrée - partie 1

« Tout dans la vie n'est qu'énergies et vibrations »
(Albert Einstein)

Tout est Un, tout est vibration et tout est en résonance, tout est relié comme nous l'indique la célèbre loi de la table d'émeraude d'Hermès Trismégiste : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».

Les Égyptiens avaient bien intégrés cette loi. Leurs constructions importantes étaient alignées sur les étoiles fixes. Lorsque avec le temps un décalage apparaissait, ils détruisaient leurs temples et les reconstruisaient un peu plus loin sur le nouvel alignement afin d'être relié, en résonance avec les étoiles fixes. 

La géométrie est une science mathématique qui étudie les relations entre points, droites courbes, surfaces et volumes de l’espace mais lorsque l’on y ajoute la conscience et l’ouverture du cœur elle devient Sacrée. Elle est une source d'information appartenant à l'humanité que nous avons oubliée, résidant dans notre subconscient.

La géométrie sacrée désigne l'art de communiquer la sagesse divine par l'intermédiaire de figures géométriques ayant valeur de symboles. Il s'agit d'un art souvent pratiqué à travers les siècles, presque comme un langage réservé aux initiés. On considère que cette forme d'expression se place au-delà de la compréhension des mortels, comme une approximation du sacré et du profane.

Cet ancien langage secret a été utilisé en particulier par les philosophes grecs et les mathématiciens, Platon ou Pythagore, par exemple. Un des dialogues de Platon, le Timée, est consacré en grande partie à un traité sur la géométrie sacrée, sa description de l'île mythique d'Atlantis semble indiquer un usage de ce code secret et du symbolisme inhérent à l'histoire.

Les grecs avaient assigné des valeurs et des attributs à la matière, l'avaient investie d'une signification et avaient défini à l'intérieur de ce sens une relation au divin et au monde.

Un des exemples les plus classiques de la géométrie sacrée est la Kabbale, système religieux et philosophique cherchant à avoir un aperçu du divin. Kabbale est un mot hébreu qui signifie "recevant" et qui aurait été originellement "reçu" par une élite : une espèce de langage caché ou secret, seulement connu des initiés.
La Géométrie Sacrée se présente sous diverses figures géométriques reflétant les structures atomiques qui composent toute chose dans l'univers. 
Les initiés considèrent que la Géométrie sacrée permet de se connecter au reste de l’Univers tout autant que d’effectuer un cheminement initiatique, ou encore, un travail de guérison physique, émotionnel ou mental. Une fois compris par le mental et expérimenté par le cœur, ce langage favorise l’émergence d’un homme nouveau et d'un monde nouveau. 
La géométrie est un langage universel qui traverse l’espace et le temps et s’enrichit avec l’évolution humaine. Elle est mouvante, vivante, vibrante et se développe de manière constante et permanente. La géométrie sacrée est la base de toute vie sur terre et dans notre univers. Cette géométrie sacrée qui fait rayonner le Nombre d’Or et la suite de Fibonacci, va encore plus loin, elle fait briller les nombres. Ainsi les chiffres parlent d’une autre façon que celle enseignée dans nos livres d’écoles. Sous forme symbolique ils s’adressent à notre conscience, plus qu’à notre raison. Ces entrelacs de nombres relient ensemble, des concepts, des principes universels, des sources invisibles vibratoires, des enseignements hermétiques inexprimables en mots, et ces compositions formant les géométries sacrées sont lors des portes qui s’ouvre à d’extraordinaires connaissances... la magie commence quand l’âme et le cœur deviennent complices et agissent ensemble.

Présence de la Géométrie Sacrée

En architecture, en sculpture, en peinture, le nombre d’or, qui est utilisé comme un canon de la beauté, entre fréquemment dans le rapport des longueurs, des surfaces et des formes. Le nombre d’or ou divine proportion se vérifie dans les chefs d’œuvre tels que la pyramide de Chéops, le Parthénon, le dôme de Milan. Emblème de l’harmonie chez les pythagoriciens et leurs descendants spirituels, le nombre d’or gouverne les tracés régulateurs des plans des temples égyptiens, grecs et des églises gothiques. Il donne un rythme particulier aux œuvres plastiques issues du cycle méditerranéen (Égypte, Grèce, Byzance), ainsi qu’à celles de l’époque gothique et de la Renaissance.


On peut aussi l’observer sur le corps humain où on retrouve les proportions du nombre d’or.

C’est peut-être en cela, à cause de son évidente dimension vibratoire, que la géométrie sacrée semble vouloir nous communiquer ses sagesses par des moyens initiatiques. En ce sens il est essentiel de ne pas seulement les analyser mathématiquement et seulement de manière rationnelle.

http://www.rennes-le-chateau-archive.com/images/geometrie_sacree/geometrie_sacree.jpgLa géométrie sacrée nous appelle à aussi la ressentir dans notre propre corps à l’intérieur de nous même, afin de donner des « formes », des modèles, à ce qui en nous a peine à s’organiser.


Ces formes géométriques sont des modèles, des plans, qui permettent de mettre de l’ordre dans notre intérieur et dans notre esprit, en nous donnant des méthodes de classement et de rangement. Ils proposent une nouvelle « ordonnance » de nos fouillis internes. Si on est attentif à ce que l’on ressent on peut très bien percevoir quelque chose de connu et de magique, comme si nos cellules se souvenaient.

L’étude de la Géométrie Sacrée peut nous permettre de nous rappeler nos origines. Elle permet de disposer de nouveaux concept, d’ordonné notre intérieur, d’encadrer notre esprit et enfin, il s’agit d’un outil qui permet des transformations d’opérer des transformations profondes en nous. Ainsi, de nous aider à guérir sur les plans émotionnels, intellectuels ou physiques.

De plus, la géométrie sacrée nous démontre que non seulement nous ne sommes pas seuls mais que nous sommes tous inter-reliés et que nous pouvons percevoir les différents plans de conscience existants.

LE VOCABULAIRE DE LA NATURE

La Géométrie Sacrée, le langage universel de la création, l’univers tout entier est construit selon une harmonie parfaite. Les orbites des planètes autour du soleil sont structurées par des proportions et des motifs très précis.Des rapports constants apparaissent au sein de toute la création, dans les cristaux, les plantes, les animaux et le corps humain.
De nombreuses traditions autour du globe reflètent ce savoir inhérent à l’expression de la vie.

LE GRAND LIVRE DE LA NATURE

La Géométrie Sacrée est une source d'information appartenant à l'humanité que nous avons oubliée, résidant dans notre subconscient. Elle représente le langage universel de la création. Tout le cosmos est construit dans une harmonie parfaite.

Les orbites des planètes autour du soleil sont structurées selon des proportions et des motifs très précis. Des rapports constants apparaissent aussi au sein de toute création, dans les cristaux, les plantes, les animaux et le corps humain.

http://www.cercle-averroes.org/blog/wp-content/uploads/2010/02/chartres-r_p3.jpg
La Géométrie Sacrée a été enseignée, autant aux astrologues, aux mages, aux philosophes, aux théosophes, aux mathématiciens, aux architectes, aux kabbalistes, et la Géométrie Sacrée a toujours été au centre des enseignements spirituels, comme une compréhension particulière du processus de la Création qui est voilé par le mystère immuable de la Création.

Cette information ésotérique est accessible à tous, mais les codes qui permettent de la traduire a souvent été maintenue cachée, ne se transmettant que d'initié à initié au sein des sociétés secrètes.

La géométrie sacrée exprime dans les formes le développement de la vie, de la graine à la fleur, du fruit à la graine, manifestant et répétant les structures à l’infini.

http://www.universharmonie.com/_wp_generated/wp21f64fdf.pngLa géométrie sacrée consiste en des représentations extérieures contenant des informations en correspondance avec la nature, et le céleste. Ces lois « mathématiques » sont en résonance avec tout ce qui nous entoure, toutes les formes de vies et aussi les configurations astrales et l’ordre céleste.
Ces forces et ondes vibratoires homologues et en corrélations, sont des codes qui correspondent les uns aux autres et ensemble, ils représentent le code pour un portail de possibilités infinies.


Thierry Ronat


lundi 17 juillet 2017

Colloque International Stanislas de Guaita 2017





Il y a 120 ans Stanislas de Guaita


A l’occasion des 120 ans de la disparition de Stanislas de Guaita, est organisé dans une perspective historico-critique, un colloque sur une journée regroupant des universitaires et spécialistes de l’hermétisme de la fin du XIX° siècle. Ce afin d’apporter de plus amples précisions et de révéler un auteur, et acteur, incontournable de l’hermétisme fin de siècle que fût Stanislas de Guaita.

Toutes les informations sur le site :

http://colloqueguaita2017.fr/


Stanislas de Guaita
1897 – 2017
120 ans de la disparition d’un des piliers de l’ésotérisme occidental.
  

Personnage aux multiples facettes, fondateur de l’Ordre Kabbalistique de la Rose Croix, ami et proche des principaux acteurs du milieu occultiste de la fin du XIX° siècle ; Gérard Encausse dit Papus, Joséphin Péladan, Nicolas Brossel, Albert Faucheux, Paul Sédir, Chamuel etc. Stanislas de Guaita possédait en outre la plus grande bibliothèque occultiste de son époque. C’est au travers de sept interventions, par sept spécialistes, universitaires, libraire expert, que ces thèmes seront abordés et approfondis au cours de cette journée.

 Auteur méconnu, poète puis occultiste, dont le rôle fût entre autre essentiel à la Franc-Maçonnerie, via son secrétaire et ami Oswald Wirth, de par son implication au sein de l’Ordre Martiniste, membre du premier Suprême Conseil, ainsi que son fameux discours initiatique pour une réception Martiniste publié dès 1890. Nous aurons l’occasion au cours de cette journée de souligner son rôle au sein du milieu hermétiste, les résultats de ses recherches et son influence de la fin du XIX° siècle jusque nos jours.
C’est le résultat de nombreuses années de recherches qui sera présenté ici, au travers de documents et correspondances à ce jour inédits.
Les actes du colloque seront par la suite publiés, dans un ouvrage illustré à tirage limité.



 

Thierry Ronat

mercredi 12 juillet 2017

Le Traité sur les communications – un texte élus coën inédit du Philosophe inconnu ?


Ce traité inédit est consacré aux manifestations théurgiques qui devaient se produire lors des rituels élus coëns. Il souligne les faiblesses de ces expériences et s’attache à en minimiser l’intérêt. Dès ses premières lignes on peut lire : « Il n’est pas, pour les gens doués d’une imagination vive, de société plus dangereuse que celle des amis du merveilleux. Un pareil goût est presque toujours inséparable d’un orgueil bien condamnable, puisqu’il ne porte celui qui en est obsédé à rien moins qu’à dominer dans une partie dont il n’est pas même à la porte. »


Une étude fort complète élaborée par Dominique Clairembault, bien connu de nos lecteurs pour l’animation de son site Le Philosophe Inconnu.

Plusieurs livraisons sont prévues , voici donc ce premier volet à consulter : ICI 

vendredi 26 mai 2017

Henri CAILLAUD (1921-2017) nous a quitté !







 C'était une grande figure de la Tradition-initiatique qui a profondément marqué plusieurs générations de rosicruciens et de martinistes.

Né à Angers en mars 1921, il s’intéresse dès l’adolescence à la spiritualité et tout ce qui gravite autour, c’est un curieux de nature et rien ne lui semble étranger. Avec son frère Louis, il construit un télescope avec les moyens du bord, car l’astronomie est pour lui une passion qui ne le quittera jamais.
 
 


Toujours avec Louis qui fut le premier membre inscrit mars 1952 à la Région-Ouest de la Grande Loge de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose+Croix et Odette Menard, il fonde en 1956 le pronaos Alden qui va devenir au fil des ans la Loge-mère de tous les organismes qui se créent sur le grand ouest.
 
Quand Raymond Bernard rétablit l’Ordre Martiniste Traditionnel en France, c’est bien naturellement qu’il emboîte le pas et que s’ouvre l’Heptade Emmanuel Swedenborg N°7.

Outre les hautes fonctions qu’il va incessamment assumer, il anime le Centre Culturel de la rue Valdemaine à Angers et en tant que conférencier cette fois, il parcourt plusieurs continents, favorisant ainsi l’essor de l’Amorc auquel il restera farouchement fidèle pendant… 65 ans !

Dans mon roman Sursum Corda, j’ai longuement mis en scène les frères Caillaud, sous les traits d’Henry et Louis Chopfheim…

Au revoir mon frère, tu as rejoint ta chère Marie-Louise et maintenant, là où tu es, tu sais !


 Xavier Cuvelier-Roy

vendredi 19 mai 2017

Pratique Cohen ... Suite



A la lecture de tout cela, nous voyons combien la magie de Martinez (ou Martinès) est sainte. Son but :
Conduire le disciple vers une vie spirituelle de plus en plus intense.
L’abbé Fournier, qui fut aussi son secrétaire, rapporte que les instructions journalières de Martinez « étaient de nous porter sans cesse vers Dieu, de croître de vertus en vertus et de travailler pour le bien général. Elles ressemblaient exactement à celles qu’il paraît dans l’évangile de Jésus-Christ ».

 De Hauterive, quant à lui, précise que le travail Cohen doit être « La réjection continuelle de la pensée mauvaise, la prière et les bonnes œuvres, voilà les seuls moyens d’avancer dans la découverte de toutes les vérités, et  ce qui est encore au-dessus, la pratique de toutes les vertus. »
Être Cohen demande de la rigueur, exige des obligations et des devoirs. Si on n’est pas capable de s’y conformer, pourquoi donc trépigner pour se faire initier ? Cela ne rime à rien, ne correspond à rien et n’a aucun point d’ancrage dans le monde divin. Donc, impossible de se fier aux manifestations qui se présentent sous leurs plus beaux atours pour nous tromper. En effet, le travail des Cohen ne se résume pas aux travaux d’équinoxe deux fois l’an. C’est un travail personnel, journalier, qui exige rigueur et régularité, où la curiosité, la recherche du merveilleux et du surnaturel n’ont pas leur place.



Après son départ, deux disciples veulent perpétuer la pensée de leur Maître : Jean-Baptiste Willermoz avec les Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte et Louis-Claude de Saint-Martin à travers la Voie Cardiaque. Willermoz introduira la doctrine de la Réintégration dans le rite maçonnique de la Stricte Observance Templière  allemande du baron Carl Gotthelf Von Hund. Les grades de Profès et de Grand Profès contiennent, sans les nommer, les instructions relevant de la doctrine de Martinez, le tout épuré des enseignements théurgiques.
1782 voit la naissance du Rite Ecossais Rectifié qui sera mis en sommeil après la Révolution Française, avant la disparition même de Willermoz. Grâce à une survivance  suisse, Edouard de Ribaucourt et Camille Savoire le feront revivre en France la veille de la première guerre mondiale.



Quant à Louis-Claude de Saint-Martin, il abandonne la théurgie et c’est hors de la Franc-Maçonnerie qu’il va continuer à faire vivre la pensée de celui dont il fut le dévoué secrétaire. Pour lui la théurgie est une voie externe. Il souhaite une démarche plus intérieure, il rejoint Martinez quand il dit qu’il veut «entrer dans le cœur du Divin et faire entrer le Divin dans son cœur ».
Jacob Boehme, qu’il découvre lors de la traduction de ses ouvrages, le confortera dans son choix et dans son penchant naturel vers l’introspection. Cependant, il est à noter que ses ouvrages :
« Des erreurs et de la Vérité » en 1775,
« Le Tableau Naturel » en 1782,
« L’Homme de désir » en 1790,
« Le Nouvel Homme » en 1792,
« Le Crocodile » ou La guerre du bien et du mal » en 1798, jusqu’à son dernier livre « Le Ministère de l’Homme-Esprit » publié en 1802, sont tous indéniablement marqués par la doctrine de Martinez de Pasqually, qu’il appelait son « premier instructeur ».
Bien que beaucoup associent Franc-Maçonnerie et Ordre des Chevaliers Maçons Elus Cohen de l’Univers, le but de l’Ordre dépasse de beaucoup celui des rites de la Franc-Maçonnerie mystique.
Vialetes d’Aignan nous dit en effet que l’Ordre est « un ordre ayant pour but de ramener l’homme à sa glorieuse origine, l’y conduit comme par la main, en lui apprenant à se connaître, à considérer les rapports qui existent entre lui et la nature entière dont il devait être le centre et enfin à reconnaître l’ ÊTRE suprême dont il est émané

Thierry Ronat