r

r
Ce blog n’est pas rosicrucien, martiniste ou maçonnique, mais s'intéresse à ces trois courants initiatiques et traditionnels.

mercredi 5 septembre 2018

Les Ordres de Sagesse ou hauts-grades


Les Ordres initiatiques sont issus de la tradition ce qui implique la transmission continue d'un enseignement initiatique à travers l'histoire depuis un événement fondateur.
Il est donc utile parfois de se retourner vers la source, pour savoir d’où nous venons, où nous allons et pourquoi nous nous réunissons en chapitre.



 Je vous conseille de lire ou relire l’historique de vos différentes structures d'appartenance.

Je vous invite à un rapide retour dans le passé pour découvrir d’une manière plus générale la naissance des dits Hauts-grades.
La maçonnerie pratiquée en Ecosse à la fin du XVIIé siècle ne comportait que deux grades Apprenti entré et compagnon du métier. 
Vers 1725 un nouveau grade est introduit à Londres, celui de maître maçon.
Mais assez rapidement de nouveaux grades vont apparaitre au-delà de la maitrise.
L'histoire attribue leur paternité à André-Michel de Ramsay. Mais également en 1761, aux deux éminent Frères J.B. Willermoz à Lyon et Meunier de Précourt à Metz qui dissertent entre eux sur une vingtaine de nouveaux grades.
Le Rite de Perfection va atteindre 25 grades.
Le F. Morin le répandra aux Antilles d'où ils reviendront vers la France quarante ans plus tard enrichis de nouveaux grades, pour constituer l'impressionnante armature du R.E.A.A. en 33 grades.
Le record est battu avec les 95 grades du rite de Memphis-Misraim sans compter les trois grades supplémentaires des Arcana-Arcanorum.

Le Grand Orient de France voudra mettre un terme aux désordres suscités entre les organismes des hauts-grades. En 1782, une chambre des grades est créée à cette fin, à laquelle se substitue en 1784, une Grand Chapitre Général de France. De son travail sortira en 1786, un système en 7 grades, 3 Bleus, Quatre ordres.

En 1794, l'Ordre Maçonnique est en sommeil tandis que la France ploie sous la terreur.

C'est au printemps 1796 que Roëttier de Montaleau est élu Grand Vénérable du G.O.D.F. C'est sur sa proposition qu'est créé le Grand Chapitre Général, organisme central chargé de régir les hauts-grades du rite Français. 



Ce phénomène va s'emparer dans un premier temps de la maçonnerie parisienne et bordelaise avant de se propager à l'ensemble du territoire.
La question de leur origine est complexe et controversée. Nous pouvons toutefois considérer que ce phénomène prit réellement son essor en France, qui fut, pendant une trentaine d'année au moins, le creuset où se forgèrent la plupart d'entre eux.
Les plus anciens sont attestés dès le début des années 1740 à Paris : Maître Elu, Maître parfait, maître Ecossais. D'autres grades écossais viendront de Bordeaux. La liste s'allongera tout au long du siècle et des dizaines de nouveaux grades seront créés.
Ils vont prospérer dans toute l'Europe et leur succès fut considérable.
Ils permirent bientôt à des bourgeois, portant l'épée en loge, d'accéder à la chevalerie maçonnique. Ainsi le grade de Chevalier d'Orient ou de l'épée fut un grade majeur de la maçonnerie française entre 1745 et 1760 environ.

Cette nouvelle aristocratie des Hauts-Grades, accueille toutes sortes de spéculations, tiré d'un vieux fond ésotérique, hermétiste et mystique. C'est un terrain nouveau pour s'épanouir sans risque. Les cérémonies symboliques, les textes et les légendes renforcent pour les membres l'impression d'appartenir à un monde privilégié, libre et différent.
Eglise sans doctrine, liturgie sans sacrement on y exprime la diversité des intérêts et des opinions.

Pourquoi un tel développement ?
S'agissait-il de reconstituer l'élitisme dont la première Grande Loge d'Angleterre, créée à l'ombre de la Royal Society, avait tenté l'expérience ?
Etait-ce dans un objectif moins avouable, celui de flatter l'orgueil et la vanité des Frères ? Etait-ce des querelles de chapelles et d'Ego ? 

Fiers de nos racines issues du XVIIIème, nous considérons, que cet héritage d’une époque singulière et féconde, appelée : « siècle des lumières », doit être sauvegardé pour pérenniser l’esprit d’ouverture à la fois laïc et spirituel de l’homme réfléchi, respectueux d’autrui et de ses opinions, hors de toute influence dogmatique.

Par le développement continu des grades proposés en chapitre, on peut découvrir la richesse des symboles ouvrant sur un monde allégorique structuré, porteur de sens, offrant la possibilité de nombreux développements philosophiques. Ils démontrent que la maçonnerie offre un système complet et cohérent, permettant à tout initié de se réaliser sur cette voie.
Cependant il faut avoir des oreilles pour entendre et des yeux pour voir !
Ces grades de sagesse sont différents des grades bleus, car ils ne sont plus du tout basé sur la maçonnerie de métier et sortent complètement du symbolisme de la construction. Bien que se regroupant tous autour du symbole central de "Jérusalem". Mais on passe ici de la Jérusalem terrestre au sanctuaire idéal, invisible de la Jérusalem céleste. Les grades capitulaires sont enrichis de l'influence de diverses traditions notamment biblique, chevaleresque, hermétique, rosicrucienne et gnostique, ainsi que sur un fond légendaire qui suggère une pluralité de sens. Ces grades peuvent-être considérés comme des degrés philosophiques autant par leur origine que par leur symbolisme. Cet éclectisme leur confère un caractère universel.

 Les nombreuses références aux textes bibliques sont une base pour servir de support à la recherche de vérité, une quête de sens. Faut-il préciser que cette recherche n'impose aucunement un acte de foi spécifique et que les nombreuses références bibliques sur lesquelles s'appuient les rituels, offrent une pluralité d'interprétations spirituelles possibles. Le message peut-être décrypté à plusieurs niveaux de lecture.
Personne ne devrait être gêné par le fait que l'enseignement du chapitre puise largement dans le christianisme et sa symbolique, car cette tradition est l'une des trois branches abrahamique qui a profondément marqué l'occident, lui donnant son assise spirituelle. Vouloir la mettre de côté ou délibérément l'ignorer, c'est se couper d'une clef de compréhension, de référence fondamentale.
Cette symbolique chrétienne puisse ces sources dans des traditions beaucoup plus anciennes, comme les mystères antiques dont de nombreux symboles furent conservés, amalgamés, voire réadaptés.

Chaque grade a pour but de susciter l'envie d'aller plus loin par soi-même, et grâce aux clefs reçues de rassembler les éléments épars au cours de cette quête de Sagesse et de Vérité. Chaque grade correspond à un état particulier de soi, un dévoilement durable de la conscience étape après étape. Cela permet de prolonger son action activement dans le monde extérieur.

Si nous sommes réunis ici ce matin, c'est par une même faim et soif de connaissance, de recherche, de compréhension mutuelle, de cohérence et de sens dans le respect de l'autre.

Cet enseignement est une œuvre de libération de l'être, basée sur l'action, le combat intérieur et extérieur par l'approfondissement et la mise en application des vertus fondamentales, la réalisation d'un idéal où chacun devient un bienfaiteur de l'humanité.
Car le temple de pierre est toujours amené à être détruit après sa reconstruction, d'où la nécessité que chaque chevalier maçon devienne lui-même un temple vivant.

En 1746, le portrait du franc-maçon accompli idéal est tracé en ces termes :

La modestie guide ses pas. Respectueux envers ses supérieurs, sociable et poli envers ses inférieurs; il donne à chacun ce qu'il peut exiger.
Son devoir fait toujours sa principale préoccupation, il est modéré dans son comportement, affable dans sa conversation, discret dans ses paroles, circonspect dans  ses démarches, tendre frère, fidèle ami ...

Réactualiser un code de hautes valeurs morales et traditionnelles basé sur la recherche de la vertu, le don de soi, l'altruisme jusqu'au sacrifice, l'amour du prochain, la recherche de l'équité en toutes situations.

Voilà en résumé, ma quête personnelle, mon Graal.


Thierry Ronat

lundi 9 juillet 2018

INTRODUCTION AUX SYMBOLES SECRETS



D'après une introduction écrite par le Dr. Franz Hartman pour l'édition de 1888 de l’œuvre: Symboles Secrets
Les Médecines alchimiques de l'âme furent utilisées dans l'antiquité par la royauté et les grands prêtres D’Égypte. Plus récemment, elles furent utilisées par les initiés des écoles Occidentales des Mystères telles que les Rosicruciens. L'usage de ces produits a deux objectifs. Le premier est de créer un stade d'homéostase dans le corps humain. Le second est d'être un catalyseur pour l'évolution spirituelle, lorsqu'elles sont utilisées en conjonction avec les techniques méditatives hermétiques adéquates.
Les techniques utilisées dans la production de telles préparations exquises datent de la période où l'être humain considérait la terre entière comme un être vivant géant, un être pensant. Les techniques utilisées pour s'assurer que l'étincelle de vie ne se perde pas pendant la préparation semblerait ridicule au savant moderne. Pourtant cette approche très naturelle de la médecine et de la spiritualité est celle que beaucoup d'Américains recherchent si désespérément aujourd'hui.
Il y a actuellement un changement énorme de conscience en Amérique en ce qui concerne le respect de la médecine et de la spiritualité. Les dogmes anciens ne trouvent plus une place définie dans le puzzle de la vie moderne. Les gens recherchent une approche de la vie plus intime, plus naturelle. Ils tentent d'éviter les maladies par l'usage de substances naturelles plutôt que d'attendre d'être la victime d'une maladie débilitante et d'être alors soumis à l'approche anti-médicale des cures allopathiques habituelles. Ils recherchent à développer une intimité avec la nature et avec le développement d'une gnose spirituelle et personnelle qui ne leur est pas accessibles dans les religions orthodoxes.
Le fait que beaucoup de gens ne réalisent même pas que le Christianisme possède un héritage mystique qui lui est propre, est un témoignage de la détermination de l'église primitive de supprimer toute conception spirituelle qui s'opposait à son paradigme en la nommant hérésie. Pourtant, le clergé de l'époque n'arriva pas à éradiquer l'idée que chaque âme humaine est née avec un droit des plus important. Parce que la vérité est que le Royaume de Dieu est à portée, et que l'avènement de sa manifestation attend simplement votre désir de fouler le Sentier ou Chemin du Retour.
Les premiers Gnostiques Chrétiens comprenaient que Jésus-Christ n'était pas une grande exception, mais au contraire qu'Il était le grand exemple. Ces disciples du Christ savaient que l'esprit divin réside vraiment dans, et représente la somme de, toute la manifestation, et que cette connaissance était exemplifiée dans le produit de la nature le plus merveilleux et noble qu'est l’Être Humain.
La Science hermétique enseigne que l'âme connue sous le nom de Jésus Christ fut le premier être humain à faire le saut évolutif de l'Homo Sapiens à l'Homo Spiritualis. Elle enseigne que cette âme prit conscience par la pratique, par de nombreuses incarnations, de son identité et de sa nature véritables. Lorsque cette âme vint dans ce monde comme l'être humain que nous appelons Jésus, il naquit comme un fils de Dieu parfait, sa conscience étant entièrement et parfaitement alignée sur la Volonté Divine. Les premiers Gnostiques savaient que le Sentier foulé par leur Frère Jésus Christ était ouvert à tous, et que quiconque foulant ce sentier passerait par le même changement évolutif. L'appel du Christ à prendre votre croix et de Le suivre ne signifiait pas à ces gens ce qu'il signifie dans la pensée du Chrétien moderne. Il ne se contentaient pas de s'arrêter et d'attendre le retour lointain d'un personnage mythologique quelconque. Ils savaient que le Royaume était littéralement à la portée de tous. Leur tâche ne consistait pas en une attente passive, elle était et reste l’œuvre consciente sur soi-même. Un travail rendu possible par la compréhension de sa propre nature, et le rôle que nous jouons nous-mêmes, consciemment ou inconsciemment, comme un processus créateur inhérent qui tisse l'étoffe de notre environnement depuis nos demeures mentales.
La menace de notre être régénéré, ou l'humanité spiritualisée était trop grande pour le Clergé de l'époque du Christ et elle l'est encore aujourd'hui. Si chaque âme humaine connaissait et communiait avec la présence Divine qui réside dans leur être, il n'y aurait plus aucun besoin d'une hiérarchie dans les églises modernes. En vérité, son existence même autour de vous concentre votre recherche de l'or extrait de la mine, et jamais la recherche de l'or de votre propre être. Ainsi, avec la tyrannie des loups vêtus de vêtements de bergers, ils tentent d'éteindre la flamme de l'espoir. Et j'affirme que l'on ne peut pas annihiler la vérité, comme si on avait l'arrogance de se croire capable d'éteindre le soleil.
A plusieurs reprises, à la fin du XVIIe siècle, un nouvel espoir parût à l'horizon. Son apparition signala un retour de la lumière. Une société secrète de femmes et d'hommes se serait répandue dans plusieurs pays d'Europe. On disait que les personnes appartenant à cette société possédaient des pouvoirs surhumains, sinon surnaturels; on disait que ces personnes pouvaient prédire le futur, que leur pensée perçait les secrets les plus profonds de la nature, qu'ils pouvaient même transmuer en or, des métaux vils comme le plomb, le cuivre ou le fer. A cause de leur compréhension intime de la nature, ces âmes avancées auraient été capables de commander aux Esprits Elémentaux de la nature et qu'elles connaissaient le secret de la Pierre Philosophale, de la Panacée Universelle qui rendaient tout-puissant, immortel et omniscient celui qui les possédaient.
J'ai lu des exposés récents qui attestent d'une véritable transmutation de l'or. Je crois aussi savoir que le British Muséum possède de l'or qui fut obtenu par transmutation alchimique.
Les Adeptes occidentaux n'ont jamais contesté les allégations qui furent faites à leur encontre, en réalité, ils ont affirmé qu'il existe de nombreuses lois naturelles et des pouvoirs mystérieux desquels la majorité de l'humanité ne connait que fort peu à leur époque. Il fut aussi révélé que cette information demeurerait inconnue de la science orthodoxe pour de nombreux siècles. La raison n'en étant pas que le cœur humain était trop vil pour connaître ces vérités sublimes, mais que c'était simplement le résultat de l'action d'une loi universelle. Toutes les sciences se basent sur l'observation des faits, et les faits doivent être perçus avant d'être observés. Les Sages occidentaux savaient que les pouvoirs spirituels de la perception de l'humanité en général ne sont pas encore suffisamment développés pour lui permettre de percevoir les choses spirituelles. Si nos pouvoirs spirituels de perception étaient plus développés, nous verrions un univers peuplé d'êtres et de choses bien différents de nous-mêmes et des autres choses de la terre. L'univers vus par ceux qui peuvent voir avec leurs yeux physiques et leurs yeux spirituels disent qu'ils sont remplis de choses vivantes, dont la beauté et la sublimité dépasse l'imagination la plus exaltée. Nous serions alors capables d'apprendre et de percevoir des mystères qui, par comparaison, font sombrer l'art de la fabrication de l'or dans une insignifiance inutile.
Je n'ai pas la possibilité de démontrer la validité des déclarations qui furent faites par les Adeptes occidentaux anciens et modernes. Certains diront que les rapports des résultats de nos frères ainés étaient allégoriques et que le sens véritable des histoires racontant de tels événements sont totalement mal compris. Mon témoignage ne parle que des changements intangibles qui prennent place dans l'être humain intérieur lorsqu'il est libéré de la servitude de l'apparence et démontre une vérité singulière de l'esprit. Est-il possible que ce que la science appelle une réalité subjective possède une base légale d'existence et d'opération dans le monde objectif? En vérité, la Science Hermétique qui est la fondation du monde extérieur, est le monde intérieur de l'esprit, un monde qui n'est pas du tout subjectif, mais opère dans les paramètres des lois physiques appropriées à son degré de densité. Il est peu vraisemblable que mon témoignage renforce ou valide une doctrine qui a été rejetée par les autorités scientifiques modernes. Pourtant, que peuvent-ils savoir du monde de la nature alors que tout ce qu'ils ont vu d'elle et que ce qu'ils connaissent d'elle n'est que la perception de leurs sens extérieurs? Serait-il possible ou recommandable d'essayer de convaincre les gens de telles choses, alors qu'ils ne sont capables de voir l'être humain que comme un animal intellectuel. 


Q' est- ce qu'un être humain, et qui est-il? Aussi longtemps que nous ne saurons rien de la véritable nature de l’Être Humain, en dehors de son anatomie, sa physiologie, et de ses autres fonctions externes, nous n'avons aucun espoir de commencer à réaliser les attributs divins que l'être réel - l'esprit régénéré - est en possession. Avant que nous puissions espérer connaître quoi que ce soit de l'être humain intérieur divin, la conscience de notre propre divinité doit d'abord vivre en nous-mêmes, nous devons atteindre la connaissance de nous-mêmes. Quelles sont les choses que l'être humain peut vraiment connaître, qui ne soit pas en lui-même? Toute autre connaissance n'est vraiment que spéculation, croyance ou opinion.
Ce que la science a enseigné sur les choses extérieures est basé sur ce que nous, en tant qu'espèce, sommes en relation. Mais des puissances invisibles, qui sont les causes des apparences extérieures, nous savons ou comprenons très peu. C'est parce que ces énergies formatrices ne produisent aucune impression sur notre mental, que nous les avons considérées comme non-existantes. Il est vrai que nous pouvons employer nos facultés mentales faillibles pour établir des déductions logiques en ce qui concerne l'inconnu, en raisonnant sur la base de ce que nous croyons savoir. Mais ceci n'est pas la connaissance véritable, ce n'est que spéculation et théorie. De telles théories et opinions peuvent être vraies ou fausses, elles peuvent durer quelques années, puis sont remplacées par de nouvelles théories, qui peuvent être ou ne pas être correctes, et peuvent même remplacer des théories qui étaient une meilleure démonstration que la vérité-une possède de nombreuses expressions. Ce qui précède n'est pas le type de connaissance sur laquelle la science spirituelle se base. Les fondements de la science spirituelle sont le résultat de la perception directe et de la compréhension de la vérité. Ce n'est que lorsque la vérité existe en nous même que nous la connaissons, et la connaissance de cette vérité n'est possible que par la connaissance de nous-mêmes.
La science moderne est excellente dans la description et la classification de la nature et des propriétés extérieures des choses. Mais certains attributs latents dans la constitution de l'être humain, lorsqu'ils sont développés, impliquent l'activité d'une échelle supérieure de sens internes. Donc l'être humain deviendrait capable de recevoir des impressions spirituelles, et d'entendre, voir, sentir, goûter et toucher des choses qui dépassent le pouvoir de perception des sens extérieurs normaux. De même que l'usage de ces derniers peut être appris par l'usage, de même les premiers peuvent être rendus plus réceptifs et précis par la pratique.
Si nous faisions un arrêt et prenions conscience du processus par lequel l'existence des choses externes est introduite dans notre conscience intérieure, nous pourrions voir facilement que notre mental n'est pas limité par les frontières étroites de notre forme physique. En vérité, notre conscience individualisée est centrée dans l'organisation de notre être, pourtant la substance de notre mental s'étend aussi loin que nos pensées peuvent aller. La Science Hermétique enseigne que le pouvoir spirituel qui constitue l'être humain véritable, et dont le centre d'activité est dans le cœur humain, et qui rayonne dans toutes les parties de son organisme, est le principe universel qui remplit, entoure et pénètre toutes les choses. De même, l'influence des rayons du soleil physique est manifeste partout, pénétrant dans toutes les semences et les germes des plantes, et développant leurs formes selon leurs caractéristiques individuelles. De même le pouvoir universel, l'éternel Soleil spirituel de l'Univers pénètre le cœur humain, et peut y développer un être immortel.
Le processus est simple et naturel. Un rayon de la lumière spirituelle entre dans le cœur et stimule les éléments supérieurs de l'âme pour les rendre vivants et actifs. Il établit - pourrait-on dire - un centre de polarité dans l'âme, causant l'expansion du germe spirituel et engendrant une vie spirituelle supérieure à tout ce dont l'être humain physique est capable de prendre conscience. Comme les énergies du soleil terrestre pénètrent le cœur d'un arbre et y causent la croissance des branches et des rameaux, le développement des fleurs et des fruits, les énergies du soleil céleste de grâce pénètrent le cœur humain et causent le développement d'une âme dont l'activité s'étend bien au-delà des limites du corps physique.
Cette lumière, étant la Vie et la Vérité rayonnant dans le cœur de toute personne, est le Christ, ou Rédempteur de l'humanité. Elle est universelle, et il n'y a pas d'autre rédempteur; elle est connue des sages de toutes les nations, biens qu'ils ne l'appelle pas du même nom; elle existait au début de la création, et existera encore à sa fin; elle est le corps et le sang, la substance et la puissance de l'être humain spirituel intérieur dans son aspect divin le plus élevé. Cette lumière donne la promesse au cœur humain, qu'en vivant selon la loi universelle, en harmonisant les éléments animaux qui existent dans sa constitution, il sera capable de réaliser son véritable état spirituel d'humanité-divine, et marcher continuellement dans la lumière du Logos.
Cette vérité fondamentale a engendré les lois de toutes les religions, et les principaux systèmes religieux à la surface du globe sont fondés sur l'unification finale de l'être humain avec Dieu. Les sages de tous les temps savaient que la naissance du Christ, non pas un homme appelé "Christ", mais le Sauveur divin, est une naissance qui peut s'accomplir dans chaque cœur humain. Le Christ est le "Fils de Dieu", un rayon de Lumière venant du soleil universel, spirituel, éternel, brillant dans le cœur humain et grandissant au milieu des éléments semi-matériel de l'organisation humaine. C'est la nature qui produisit le Christ. Elle est la mère éternelle, car toutes les formes ont évolué de la nature et toute retourneront dans en son sein. Pourtant, elle demeure la vierge immaculée, car elle n'a aucune connexion avec aucun dieu extérieur, mais avec le pouvoir fructifiant du Saint Esprit vivant et agissant depuis son centre propre.
La théorie du Christianisme moderne n'est pas en harmonie avec cette pratique; les théories et les pratiques de nos églises modernes se contredisent continuellement. La véritable église spirituelle du Christ vivant est bâtie sur le roc de la Foi vivante, une énergie par laquelle on reconnaît les vérités spirituelles; mais l'église moderne est basée sur l'ignorance populaire en ce qui concerne les lois de l'existence, et maintient son unité par des considérations égoïstes et personnelles. Selon la Bible, Dieu est un esprit spirituel, qui ne peut être approché que par la lumière du Christ; mais les pratiques de l'église moderne fait de Dieu la caricature d'un homme, et le prêtre est le moyen de communication inévitable avec Lui.
Dans l'esprit de l'homme moderne, une foi en Dieu est quelque chose qui dépasse le pouvoir de la compréhension, alors qu'une croyance en un prêtre est de suprême importance; le premier - Dieu - est inapprochable, tandis que l'autre - le prêtre - peut être approché. Une telle conception erronée est permise par l'église parce qu'elle augmente ses intérêts temporels. Dieu est détrôné et sa place est occupée par le prêtre.
Mais le chercheur de la vérité sincère ne sera pas satisfait aussi longtemps que l'inconnu subsiste. Ayant examiné les divers autels et n'y ayant pas trouvé le vrai Dieu, il a au moins approché l'autel du Dieu inconnu, autour duquel n'existe aucun ténèbre. Au centre de son cœur brûle une flamme divine et, allumant la lampe de son intellect à cette flamme divine de raison, il commence à voir la vérité et la trouve bien plus sublime qu'il n'avait osé l'espérer. La vérité ne se trouve ni dans des livres, ni dans des doctrines religieuses, ni dans des spéculations intellectuelles. Si nous désirons connaître la vérité, nous devons lui permettre d'entrer dans notre cœur afin qu'elle devienne une partie de nous-mêmes. Alors, par le pouvoir de la connaissance de nous-mêmes, nous pouvons voir la vérité dans sa propre lumière; nous pourrons la ressentir, la voir et savoir ce qu'elle est.
Oh combien plus grand que le dieu des églises, est le Dieu de l'Univers! Il n'est pas un être limité qui peut être amadoué ou persuadé par un prêtre, mais une énergie éternelle immuable comme la Loi. Le Dieu de l'humanité est le pouvoir éternel d'Amour, la source de tout être dont l'image existe dans le cœur de l'être pur, dont la nature est le Feu, dont les rayons sont la Lumière de l'Intelligence et le principe de la Vie immortelle. La religion Universelle est basée sur la reconnaissance de la vérité que toute l'humanité est une.
Que ceux qui désirent sentir et connaître la vraie signification de la Croix sortent des temples sombres où la terreur et la peur, l'ignorance et le cléricalisme ont établi leurs trônes, et qu'ils adorent le vrai Dieu vivant, la lumière et le Saint Esprit qui imprègne toute la nature, la source de toute vie depuis l'être humain jusqu'à l'insecte, en vérité jusqu'à l'étincelle qui sommeille dans une pierre. La source de toute gloire et de toute puissance, connaissance et sagesse, amour et harmonie, dont l'activité est manifestée partout. Son image devrait être vue dans tout être humain. Qu'ils laissent les prêtres et les moines à leurs psalmodies et leurs contemplations d'un au-delà craint, qu'ils ont eux-mêmes créé pour faire peur, et qu'ils entrent dans la Lumière Divine qui fait resplendir toute beauté, même celle du monde matériel le plus extérieur. Qu'ils sortent des bibliothèques poussiéreuses de notre science spéculative et superficielle pour étudier le livre de la nature à la lumière de la vérité. Qu'ils repoussent les toiles d'araignées qui se sont accumulées dans leurs chambres; afin lumière de la vérité puisse entrer par les fenêtres de leurs âmes et fasse fondre la croûte glacée qui emprisonne leurs cœurs et leur permettant ainsi de réaliser la sublimité et la majesté du Dieu des Chrétiens et des autres, la manifestation de sa puissance qui anime le Cosmos.
L'être humain est, à son origine, l'enfant de Dieu. S'il veut connaître le Père, il doit retourner dans son état primitif divin et devenir un Christ, rempli du Saint Esprit, la Lumière du Cosmos. Il est l'enfant de la nature éternelle immaculée; s'il veut connaître sa mère, il doit entrer dans une harmonie parfaite avec elle et devenir naturel. Comment l'être humain peut-il connaître la nature tant qu'elle est dénaturée, comme il l'est lui-même, et qu'il l'imagine différente de ce qu'elle est? Comment peut-il comprendre la Nature tant qu'il empêche sa lumière d'entrer dans son cœur, et qu'il la considère à travers les propres fausses conception qu'il a créées lui-même dans son mental? Avant que l'être humain puisse développer quelque pouvoir spirituel, il doit d'abord restaurer des relations harmonieuses entre lui-même et la Nature universelle; ce n'est que lorsqu'il deviendra naturel qu'il pourra espérer grandir spirituellement et devenir capable d'obtenir le contrôle des pouvoirs divins de sa mère. La science naturelle véritable est pour cette raison la base de toute vraie religion; mais pour acquérir la vraie connaissance de la Nature, nous devons l'étudier telle qu'elle est, non pas telle qu'elle a été représentée par ceux qui la dénaturent constamment, et qui ne connaissent rien d'elle, sauf quelques unes de ses formes extérieures.
L'une des vérités fondamentales de la science occulte est que la personne individuelle est une image de la Nature. Sa constitution est basée sur les mêmes lois sur lesquelles la Nature est construite dans son entièreté, tel un enfant ressemble à sa mère; ainsi l'organisme humain ressemble à la nature universelle en chaque chose, même dans sa forme extérieure. Il est in Microcosme du Macrocosme de la nature; contenant en soi-même, en germe, potentiellement ou activement, tous les pouvoirs et les principes, les substances et les puissances qui sont contenues dans le grand organisme de la nature, et comme le petit et le grand mondes agissent et réagissent l'un sur l'autre; les forces élémentaires de la nature agissent sur l'être humain et les énergies émanant de l'être humain - même de ses pensées - réagissent sur la nature; et plus l'harmonie existe entre l'être humain et les lois de la nature universelle, plus intime sera la connexion entre les deux: car les deux sont réellement un, le fait qu'ils apparaissent comme deux êtres distincts n'est qu'une illusion qui a été causée par la transgression des lois de la Nature par l'être humain. Puisse l'être humain devenir un véritable enfant de la nature, et devenir une seule pensée avec sa mère; il connaîtra alors toute la nature en se connaissant lui-même. Il sera alors pareil au fils prodigue décrit dans la Bible, qui retourne à la maison paternelle et retrouve les droits de naissance naturels et l'héritage qui lui revient. Puisse le trône sur lequel siège la sagesse s'établir dans son propre cœur, afin qu'il connaisse la vérité sans l'étude de livres et sans spéculation théorique. 




Source : http://www.hermanubis.com.br/

lundi 14 mai 2018

Et si l’on retrouvait la Parole Perdue ?





Imaginons qu’à la suite d’une longue et laborieuse démarche initiatique, qu’à la suite de longs et pénibles efforts, nous entrions en possession de la Parole Perdue, qui deviendrait immédiatement la Parole créatrice de la Genèse, que nous retrouvions notre état antérieur, que la Chute ne serait plus qu’un souvenir désagréable, que nous retrouverions l’Eden, tout en restant sur Terre. Que ferions nous de cette possibilité d’agir en Connaissance ? 

Auparavant il convient de réfléchir à la fonction initiatique, on part d’où pour arriver où, en fait il s’agit de borner notre itinéraire maçonnique, afin de ne pas courir dans toutes les directions. Le but de toute initiation étant de modifier l’état ontologique de l’Homme, ou comme nous disons en maçonnerie de passer de la Pierre brute à la Pierre Taillée, puis au pyramidion par une série de modifications internes agissant sur toute notre personnalité, mais pour ce faire il faut se souvenir que nous avons perdu ou que nous nous sommes éloignés d’un état primordial, qui reste gravé dans notre inconscient. De la physique bien terrestre, on doit se rapprocher de la métaphysique, dans un premier temps élémentaire, pour peut être parvenir à une métaphysique plus proche du fonctionnement de l’Univers.

Démarche, sur le plan terrestre de l’Ordo ab Chaos, car nous sommes dans le rien terrestre dans le vide spirituel, comme le recommande le rituel, nous nous devons de rassembler en nous tout ce qui est épars, pour parvenir à l’Ordre du GADLU, le but étant dans sa première finalité d’être le centre de l’union en nous même, n’étant plus taraudé par nos désirs contradictoires, et si je puis dire ne présentant plus d’obstacles à la pénétration de la Lumière. Voilà une hypothèse bien intéressante à mettre en œuvre, mais voyons en reprenant le début, la Genèse, pour tenter de voir ce que cela peut impliquer comme éléments de transformation. Nous avons perdu un état supérieur de conscience et disons le un pouvoir bien précis, que nous allons trouver dans le Béréschit de-là Genèse.

Donc au chapitre premier de la Genèse, au commencement donc on peu lire ceci : « Elohim dit, faisons l’homme à notre image, à notre ressemblance » Rien qu’avec cette phrase on comprend que l’humain possède en lui tous les attributs du Divin. Rappelons aussi que l’homme ne fut créé que le sixième jour bien après les animaux et bien après notre environnement terrestre. Je dirais même que cela est logique si l’on peut prendre en compte le rôle de l’homme sur Terre. Lorsqu’Elohim demanda à Adam de nommer les animaux, j’ai le sentiment qu’Elohim confia je puis dire par délégation, à la destiné de l’Homme d’être, l’architecte de la Création terrestre. « Fructifiez et multipliez, remplissez la Terre et soumettez là à votre volonté et à votre autorité ! ». L’ordre divin me semble plus que clair, notre présence obéit à une fonction qui me semble très péremptoire.


Un autre témoignage confirme mon opinion : « alors Iahvé Elohim, forma l’homme de la poussière provenant du sol, et il insuffla dans ses narine une haleine de vie et l’homme devint une Ame vivante ! » d’où la différenciation avec le règne animal, le règne végétal et le règne minéral ! Différenciation Que l’on peut expliquer comme suit, si l’on sépare l’Homme des trois autres règnes, c’est pour montrer que la création du GADLU, ne c’est pas faite n’importe comment, bien au contraire et que seul l’Homme est investi d’une parcelle individuelle de l’énergie divine. Certes les trois règnes, eux aussi n’existent que par la volonté du GADLU ? Mais dans l’échelle de la création ils sont bien en arrière de la créature humaine et seul l’homme est porteur de Lumière, que je traduis par énergie. Disons que les trois règnes, contrairement à l’homme qui lui possède une Ame individuelle, les trois règnes donc possède une Ame collective.
Ça c’est le projet initial celui du GADLU, missionnant l’homme pour conduire les affaires de la Terre, mais l’homme/principe, pas encore précipité dans la chute, et comme diraient nos jeunes, a eu la grosse tête, croyant qu’il était en mesure de prendre la place du GADLU, voulu modifier la création terrestre. C’est le mythe du jardin terrestre relaté dans la Bible. Dans ce jardin il y avait deux arbres l’un dit arbre de Vie, et l’autre nommé arbre de la Connaissance. Un petit détour dans le jardin d’Eden, l’arbre de vie étant celui de l’éternité, là où le temps est aboli où le cycle de naissance et mort, n’existe pas, quant à l’arbre de la Connaissance, il donne la clef du fonctionnement de la Création divine, mais il n’appartient pas, à la créature qu’est l’homme, d’en connaître la substantifique moelle. Mais voici ce qu’en dit la Genèse : « Concernant l’arbre de la Connaissance, Elohim dit à l’Homme et aussi à la Femme ceci : Vous n’en mangerez pas et n’y toucherez pas de peur que vous mourriez. » Le serpent dit à la Femme « Vous n ‘en mourrez pas, mais Elohim sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux se dessilleront et vous serez comme les dieux sachant le bien et le mal. » La suite est bien connue, c’est la Chute, la perte des qualités divines de l’Homme et son séjour sur Terre, devenant plus proche de l’animalité que de la spiritualité. Cette transgression installe l’Homme dans le devenir, car elle dérange l’Ordre immuable de la Création et désormais la créature va devoir vivre sur la Terre avec toutes les incertitudes fondées sur le binaire et non sur l’Unité. Jour, nuit, bien, mal, doute, certitude, tout ce que l’on retrouve dans le meurtre de l’architecte Hiram. 


L’ordre établi des trois premiers grades est remis en cause par la transgression, car il n’exprime pas toute la finalité de l’initiation maçonnique, en effet si l’on en reste au grade de maitre, on fait l’impasse sur un nombre important de questions qui reste sans réponses, dont une qui me semble primordiale, que je résume par cette phrase : « bon on a perdu la Parole, et alors ! » Sauf que la construction du Temple reste inachevée puisque Hiram n’a pas divulgué le plan du Temple achevé. Curieuse, cette initiation qui nous laisse en plein désarroi, sans espoir et avec en arrière plan l’inutilité de faire un effort de recherche et qui finalement nous laisse un goût d’amertume en nous faisant croire que tous nos efforts n’ont servi qu’à constater le néant de notre Vie. La mort d’Hiram nous laisse dans le désarroi, mais comme après les lamentations il y a toujours l’espoir, à force de patience et de travail, nous avons retrouvé les plans de l’Architecte, nous somme en possession de la Parole Perdue, nous pouvons agir sur l’extérieur comme sur notre intérieur.

Notre vie n’est plus confuse et nous sommes en mesure de répondre à cette lancinante question, qui hante depuis l’aube l’Humanité, à savoir : « que sommes nous venu faire sur Terre ? ». Nous sommes maintenant les Géomètres de la Terre, et pour être en conformité avec le plan divin, nous avons comme mission de gérer le monde minéral, le monde végétal et le monde animal dont nous faisons partis. Notre travail est relativement simple, passer du monde matériel au monde spirituel, pour être en correspondance avec le Grand Architecte, car tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ! Force que l’on peut traduire par énergie, beauté par harmonie et Sagesse par immobilité, nous permettre de remplir notre travail dans la concordance du plan divin, car en retrouvant la Parole Perdue, nous avons comprendre ce plan et donc il ne peut plus y avoir d’erreurs d’interprétation de notre part, nous yeux regardent avec justesse et nous mains agissent avec précision et notre jugement a dépassé le binaire et la contradiction qu’il y a entre la raison et l’intuition. 


Devenus les dieux des différentes mythologies, les Compagnons constructeurs et ordonnateurs du Grand Architecte, plus besoin de nous rappeler sans cesse ce que nous avons à faire ici bas, nous savons maintenant ! Nous pouvons gravir sans effort et sans risque l’échelle de Jacob, afin d’être en relation avec le Géomètre. Jusqu’à présent nous vivions comme initiés, dans un milieu artificiel, protégés des influences externes, à travers les degrés de l’initiation, nous avons reçu toutes les élévations de salaire possible, nous étions dans un espace/ temps sacré, loin de la fureur de la vie courante, nous pouvons disserter sur tous les sujets, sans craindre une confrontation brutale, sans risque de désillusion, et sans remise en cause de nos certitudes. L'initié doit s’ouvrir au monde profane, pour vivre en réel toutes les étapes de l’initiation, et là peut être dans le foisonnement de la vie, il pourra peut être retrouvé la Parole perdue, en dégageant du désordre ambiant sa ligne de conduite personnelle, celle qui fera de lui le porteur de Lumière que l’humanité a besoin. 

Mais il nous faut redescendre de notre petit nuage, et voir qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour retrouver la Parole Perdue et lorsque l'on regarde la Création Divine et ce que nous en avons fait, je me dit vraiment qu’il se pourrait que nos efforts d’Initiés ne servent à rien et sans faire de l’écologie de bistrot, le constat que je fais est que la Parole est Perdue pour longtemps, que nous sommes déboussolés mais en même temps responsables de cet état de fait, que trop souvent nous avons cédé au matérialisme, sans prendre garde aux conséquences éventuelles mais quelquefois irrémédiables, que notre héritage est bien entamé, faute de Lumière, faute de Sagesse et surtout faute de courage.

Les porteurs de Lumière que nous sommes ont oubliés l’essentiel de la Vie, le respect de notre Nature.
Mais la vie obéissant à la loi des Cycles, il y aura peut être un nouveau Noé et un autre Déluge. Qui peut le dire ?


Il y a des chemins de Sagesse, toutes les civilisations que prétentieusement nous appelions primitives, voulaient nous les faire retrouver, mais par suffisance, nous avons ri de leur prétention ; préférant une technologie destructrice.
 

Ordo ab chao, nous allons retourner au chao ...





mercredi 4 avril 2018

La Tétraktys Pythagoricienne




Quel intérêt avons-nous de rechercher la qualité dans le nombre. N’est-ce pas ici un travail contradictoire. Nous savons que la qualité ne peut rimer avec le nombre. Et pourtant, le nombre n’est pas un chiffre, c’est un élément de langage sacré comme aimaient à le penser nos ancêtres et en conséquence impliquait une logique universelle qui se confondait parfaitement avec l’intuition d’un profane éveillé. Ainsi nos philosophes Grecs de la logique et du mythe, grâce à l’acquis de la philosophie éducative, rendirent autonomes leurs systèmes de pensée en oubliant (parfois) qu’il ne peut y avoir d’autonomie de la pensée sans perspectives pour la liberté. La géométrie sacrée comme la numérologie qui en découle, sont l’exemple typique d’une liberté de mouvement et d’investigations que les élites d’initiés, ont pu mettre à jour aux temps anciens.
Héritiers des ces progressions phénoménales de la pensée, nous « modernes » aux pieds d’argiles, nous devons modestement nous incliner face à ce travail de « raisonnement intuitif » qui fut leur œuvre.



Par sa nature même, cette dernière a tellement fait l'objet d'études et d'analyses poussées de la part des plus grands symbolistes et philosophes qu'il reste peu de place à une interprétation personnelle. Malgré tout nous allons en livrer comme une sorte d'abrégé synthétique issu de mes lectures dans l'espoir de vous faire partager ma passion pour ce symbole. Par conséquent afin d'essayer d'en mieux comprendre tout le symbolisme qu'il soit mathématique, géométrique, et bien sûr maçonnique, il conviendra de donner en préambule quelques explications nécessaires qui feront qu'au fil de ce travail tous les frères, quel que soit leur grade, se retrouveront dans cette Tetraktys Pythagoricienne dont la richesse insoupçonnée est sans limites. Cette figure aussi cartésienne qu’irrationnelle est si fascinante qu'il me semble qu’elle possède en son sein l'essence même de la Franc-maçonnerie. Pythagore est un philosophe, mathématicien et scientifique présocratique qui serait né aux environs de 580 av. J.-C. à Samos, une île de la mer Égée au sud-est de la ville d'Athènes. On établit sa mort vers 495 av. J.-C. à l'âge de 85 ans.
Sa vie énigmatique permet difficilement d'éclairer l'histoire de ce réformateur.

Le néo-pythagorisme est néanmoins empreint d'une mystique des nombres.
En effet, pour Pythagore « Tout est nombre » ( Un le Tout ) L'apport majeur de Pythagore est l'importance de la notion de nombre et le développement d'une mathématique démonstrative, mais aussi religieuse. Pythagore donne des nombres une représentation géométrique. Arithmétique et géométrique sont sœurs. Les démonstrations arithmétiques s'appuient sur des figures et cette méthode porte le nom d'arithmétique géométrique.
La Tétraktys Pythagoricienne et le Carré de 4 en sont des exemples parfaits. Chaque unité est figurée par un point, de sorte que l'on a des nombres plans (1,4,9,16, etc. qui sont carrés et 1, 3, 6,10, etc. qui sont triangulaires), des nombres rectangulaires, des nombres solides (dits cubiques, pyramidaux, etc.), des nombres linéaires et des nombres polygonaux. Le premier nombre pyramidal est 4. Cette méthode permet le calcul de la somme des premiers entiers, des premiers entiers impairs ou encore le calcul des triplets pythagoriciens.

Le mot Tétraktys signifie « quadruple éclat rayonnant ».
Ce mot évoque le nombre 4 (Tétra) et une lumière rayonnante (Actys).
La Tétraktys Pythagoricienne ou Quaternaire est un nombre représenté par 10 chiffres disposés en triangle. C'est la raison pour laquelle on l'appelle nombre figuré triangulaire. Sa formule numérique est la suivante : 1 + 2 + 3 + 4 = 10.

Cette figure était sacrée. Les pythagoriciens prêtaient serment « par la Sainte Tétraktys » ou par une autre formule de serment « le Carré de 4 » , à ne pas prendre à la légère quand on sait que certains êtres savent aller au-delà du temps. La doctrine pythagoricienne à un caractère plus cosmologique que purement métaphysique. Rappelons ici que la cosmologie est la science qui étudie la structure et l'évolution de l'Univers considéré dans son ensemble. Le quaternaire est partout présent et toujours considéré comme le nombre de la manifestation universelle. C'est donc le point de départ de la cosmologie tandis que les nombres qui la précèdent, c'est-à-dire l'unité, le binaire, le ternaire, se rapportent uniquement à l'ontologie. C'est à dire l'étude de l'être en tant qu'être, de l'existence en général dans l'Existentialisme et sur la considération de l'essence divine, nécessairement pourvue de toutes les perfections, ce qui implique que Dieux existe.

Pour l'anecdote, à l'époque de Pythagore, chaque point noir était un petit caillou disposé sur le sol, d'où est venu le nom de calcul désignant les petits « cailloux » se formant dans certains organes comme la vésicule biliaire ou les reins. Comme nous l'avons vu précédemment, la Tétraktys Pythagoricienne comprend 10 points ordonnés en un triangle équilatéral. En fait, un point central entouré de 9 points et la base du triangle composé de 4 points. Par conséquent quatre rangées des 4 premiers nombres successifs, dont la somme vaut 10. Ce qui nous amène maintenant à entrer dans le cœur même de la Tetraktys car il y a de multiples manières de la voir.

En voici donc une première analyse :

Au sommet, un seul point qui symbolise l'Un, le Divin, principe de toute chose, l'être non encore manifesté.
Au-dessous, l'origine de la manifestation marquée par 2 points, symbolisant la première apparition, le dédoublement par couple ou dyade, le masculin et le féminin, le phallus et l’œuf, etc.
Donc le dualisme interne de chaque être.
Rappelons qu'en Franc-Maçonnerie le dualisme manichéen est une impasse existentielle par nature.
Viennent ensuite les 3 points correspondants aux 3 minéraux du monde : l'enfer, la terre et les cieux.
Ainsi qu'aux 3 niveaux de la vie humaine : physique, psychique et spirituel.
Et pour terminer, nous trouvons les 4 points de la barre de la pyramide symbolisant la terre, la multiplication de l'univers matériel, les 4 éléments, les 4 points cardinaux, les 4 saisons, etc.
Cet ensemble constitue la Décade, la totalité de l'univers créé et incréé.
Nous aborderons ce sujet un peu plus loin.


 
Une seconde analyse de la Tetraktys Pythagoricienne avec toute la symbolique maçonnique qui s'en dégage, attirera davantage encore notre attention. Le point supérieur peut être également vu comme la représentation de l'unité fondamentale, de la dualité, de l'espace et du temps, de la matérialité. Les deux points peuvent être vus comme la représentation de la complétude des opposés complémentaires. Rappelons encore que le travail du Franc-Maçon est de s'exercer à réunir les opposés et à observer les complémentaires. Représentation également de la dynamique de la vie des éléments structurels.
Les 3 points peuvent être vus comme la figuration de la totalité, du féminin et du masculin, de la création. Les 4 points peuvent être vus comme la représentation du feu, de l'air, de l'eau et de la terre. À noter qu'au cours de ses voyages, le récipiendaire est purifié par ces quatre éléments. Il est donc possible d'établir une correspondance entre ces éléments et la Tetraktys Pythagoricienne.
« Feu. , Air.. , Eau … , Terre …. »
La somme des quatre premiers nombres faits 10. Aller du 4 au 1, c'est aller du matériel, du tangible, du minéral au Divin, en passant par les fluides, les liquides ou les gazeux.
Mais rappelons encore que pour Pythagore « Tout est nombre ». Nous trouverons enfin, ci-après, le symbole des chiffres pour les pythagoriciens.

Le 1 - la monade : unité de l'existence et harmonie générale.
Le 2 - le binaire : la diversité, la division, la séparation.
Le 2 est la dyade (le nombre 2), principe passif et actif, masculin – féminin, faculté génératrice esprit-âme et corps humain d'une part, Divin, d'autre part.
Le 3 - la triade : la loi du ternaire est pour les pythagoriciens la véritable clef de vie.
Nombre par excellence, premier impair qui réuni les propriétés des deux premiers chiffres 1 et 2.
Le 4 - le quaternaire : nombre parfait, racine des autres, nombre ineffable de Dieu.

En hébreu, quatre lettres parmi les 22 représentent le symbole de l'immortalité de l'âme qui se meut d'elle-même.
Considéré comme l'essence des quatre éléments, des quatre qualités fondamentales du corps : sec, humide, froid et chaud, des quatre principes géométriques : point, ligne, plan et solide, des quatre notes fondamentales de la gamme, des quatre fleuves du paradis terrestre, des quatre figures symboliques du char de la vision d'Ezechiel traduite par les quatre évangélistes : Mathieu, Marc, Luc et Jean.
Nous allons maintenant développer la Décade dont nous avons parlé précédemment.
Pour les pythagoriciens, la Décade était le plus sacré des nombres, le symbole de la création universelle.
C'est aussi sur le Dix qu'ils prêtaient serment en l'évoquant sous cette forme :
« La Tétraktys en qui se trouve la source et la racine de l'éternelle nature. Tout dérive de la Décade et tout y remonte. Le est l'image de la totalité en mouvement ».
Le 10 est la base du système décimal qui se répète à l'infini : « 1 » suivi de « 0 » indique que hors de l'unité tout est néant et ne subsiste que par le système des nombres qui permet d'arriver à la découverte du principe des choses.
Le 10 contient tous les principes de la divinité évoluée et réunie. 10 est le nombre de la Tétraktys, somme des 4 premiers nombres. 

Le symbole du Dix est très présent également chez les nombreux auteurs de la Bible.
Citons les dix commandements, les dix plaies d'Égypte, etc. Le 10 symbolise aussi les dix doigts des deux mains.
Il exprime la valeur ultime et nécessaire de la limite et de la forme, opposées à la non-limite et au chaos. Il faut rappeler que les chiffres précédents de la Décade étaient identifiés aux dieux, le dix signifiant la somme des pouvoirs divins maintenant la cohésion du cosmos.
Pour les alchimistes, la valeur dix représente les capacités multiplicatrices de la pierre. Cette pyramide recèle l'ensemble des connaissances et en elle se trouve la source et la racine de l'éternelle nature, cela par le jeu des quatre éléments : Feu, Air, Eau, et Terre.
Dans cette interprétation, la Tétraktys représente le fondement même de l'univers et des Dieux qui le composent, selon la célèbre sentence inscrite sur le fronton du temple d'Apollon à Delphes : « Connais-toi toi-même et tu connaitras l'Univers et les Dieux ».
Elle symbolise ainsi la divinité dans son acte de création du monde. Dans la symbolique maçonnique de l'Équerre et du Compas, la Tétraktys fait allusion au passage de l'Équerre au compas ou du Carré Quatre au Cercle Un, créant ainsi l'harmonie entre, le créé et le divin ou si l'on préfère, la Matière et l'Esprit. En effet le Cercle est souvent considéré comme étant le point de départ d'une tradition ou la Source de la Doctrine.
Tandis que le Carré représente le point d'aboutissement d'une Tradition, le Réservoir qui contient l'Autorité Spirituelle. La Fontaine d'Enseignement.
Comme chacun de nous avons prêté serment lorsque nous nous sommes fait constituer Franc Maçon, nous l'avons vu les pythagoriciens prêtaient aussi serment par la Sainte Tétraktys.
Mais leur amour était si grand pour cette dernière, qu'on raconte qu'ils lui auraient adressé cette prière que je vous lirais en conclusion :

« Bénis nous, nombre divin, toi qui as engendré les dieux et les hommes !
O sainte, sainte Tétraktys !
Toi qui contiens la racine et la source du flux éternel de la création !
Car le nombre divin débute par l'unité pure et profonde et atteint ensuite le quatre sacré,ensuite il engendre la mère de tout, qui relie tout, le premier-né, celui qui ne dévie jamais, qui ne se lasse jamais, le Dix sacré, qui détient la clef de toutes choses » .



Thierry Ronat

17 Mai 6012
Ma.°. Lom.°.
Sources : Wikipédia – Oswald Wirth – Jules Boucher – René Guénon
http://www.ecossaisdesaintjean.org