r

r
Ce blog n’est pas rosicrucien, martiniste ou maçonnique, mais s'intéresse à ces trois courants initiatiques et traditionnels.

mercredi 23 juillet 2014

Commentaire en guise de droit de réponse d’Hervé Vigier au sujet du « Rit Primordial de France » déposé à l’INPI.




Nous reproduisons ci-après, ce commentaire en guise de droit de réponse  d’Hervé Vigier suite à l’article de Gadlu-infos  Rit Primordial de France » déposé à l’INPI relatif  à l’ouvrage Rit français d’origine 1785 : dit Rit Primordial de France Rit français d’origine 1785, dit Rit Primordial de France de Maurice BOUCHARD et Philippe MICHEL. 

Saluons le souci d'objectivité et d'équité de Gadlu-infos qui n'était nullement astreint à le faire. 

Nous ne ferons aucun commentaire pour ne pas alimenter une polémique. 

Nos fidèles lecteurs ne manqueront pas de remarquer que contrairement à nos habitudes, aucune illustration ni adresse d'un lien n'est publié: nous n'avons trouvé aucun référencement sur internet, de l'Association "Les amis de Roger Girard et du Rit Primordial de France".

 "Suffit-il en Maçonnerie de prétendre être agressé, pour obtenir qu’un Frère désigné soit cloué au pilori sans même avoir été entendu ou pour le moins questionné ? La réponse est certainement oui pour une majorité de Maçons. Un premier site n’a pas publié la mise au point que je lui ai faite ; un second ne prend, explique-t-il, en compte que les interventions des membres mais ne propose aucune rubrique pour devenir membre ! Un troisième m’a demandé, avant d’écrire, à m’entendre, et a choisi de ne rien écrire. Vous avez écrit et condamné, saurez-vous m’accorder la parole ?

Si l’association incriminée « Les Amis de Roger Girard et du Rit Primordial de France» peut se présenter et apporter quelques précisions, je vous indique qu’elle été constituée voici 14 ans, à la mort d’un compagnon de René Guilly. Elle a publié depuis 5 cahiers. En décembre 2012, ses adhérents ont décidé de déposer l’appellation inusitée de « Rit Primordial de France », et de constituer sur ce thème un nouveau cahier, qui a été achevé à Pâques dernier et sera publié en octobre prochain, sous le titre de « Le Rit Primordial de France ».

Les co-auteurs sont issus du GODF, comme de la GLNF et du Grand Chapitre Mixte du Rite Français Moderne Belge. Les rédacteurs des postfaces sont membres éminents du GODF, de la GLTF, de la GLMN, de l’ALS, de juridictions françaises masculines et mixtes, et des témoins de la renaissance du Rite Français en France à partir des années 1970. Le dépôt à l’INPI de la dénomination « Rit Primordial de France » avait pour but, non de préparer une opération financière, mais d’insister sur l’esprit de la synthèse de 1785, qui a abouti à l’unité maçonnique française, tout en préservant l’expression de chaque sensibilité. Cet aspect parfaitement démocratique, dans l’esprit de la personnalité de Roettiers de Montaleau, est pour nous l’élément fondamental de ce Rit Primordial de France, par opposition au conservatisme autoritaire et soi-disant éclairé de la Maçonnerie anglaise.

Quand telle ou telle obédience ou juridiction se réclame du Rite Français, la question arrive immédiatement : quel Rite Français ? Avec Rit Primordial de France, nous espérions protéger un esprit d’origine, au sein d’une liberté dont il a toujours été le chantre. L’ouvrage de Maurice Bouchard et Philippe Michel nous aurait comblés, s’il avait ouvert à sa façon vers la même dimension. Très malheureusement, il propose un rituel qui n’a jamais existé, inflige de mettre le doigt sur la couture du pantalon, ne respecte aucune des études faites depuis René Guilly dans les années 1950, jusqu’à Jacques Tuchendler voici quelques mois, et pourtant oh combien précieuses. Le comportement actuel de Philippe Michel à l’encontre d’un ensemble de Frères et Sœurs qu’il ne connaît nullement et ne cherche pas à connaître, illustre ce côté de combat solitaire, si éloigné du Rit Primordial de France.

Si Rite Français ou Rite Moderne sont régulièrement utilisés, il n’en était rien de Rit Primordial de France, qui n’apparaît qu’une fois, voici près de deux-cents ans, en 1819. L’idée de ceux qui ont souhaité ce dépôt est surtout qu’il reste un dénominateur commun de la Maçonnerie française, et ne soit détourné par personne de sa volonté d’ouverture. Soit malheureusement tout l’inverse de ce que l’ouvrage de Maurice Bouchard et Philippe Michel – que j’ai pris la peine de lire attentivement et entièrement – présente comme dépôt du Rit Primordial de France !

Pour ma part, j’ai donc téléphoné aux éditions Dervy, auxquelles il revenait d’effectuer les vérifications relatives à la disponibilité du titre, du sous-titre et des illustrations, et que je connaissais pour avoir publié chez eux à titre personnel « La face cachée des frères invisibles » en réponse aux attaques de Ghislaine Ottenheimer contre l’ensemble des Maçons. Il m’a été dit, avec beaucoup de courtoisie, qu’ils me recontacteraient rapidement, ce qui n’a pas été le cas ; je leur ai ainsi écrit pour demander le retrait de cette dénomination jusque là nullement répandue de « Rit Primordial de France », que nous avions déposée pour des raisons de protection de l’esprit de la maçonnerie française et d’un très prochain ouvrage portant ce titre.

La prochaine lecture de cet ouvrage illustre cet esprit du 18e siècle que nous appelons de nos vœux pour la Maçonnerie contemporaine, selon lequel il existe plusieurs maisons dans la demeure du Père. Le rituel proposé par « Le Rit Français d’origine 1785 » aurait dû à notre sens conservé le nom figurant sur le document fourni en annexe de cet ouvrage « Rit Français ». Le Rit Primordial est un esprit, une tradition, non une énumération de règles.

Le débat est alors ouvert sur des bases maçonniques, où chacun a sa place et respecte l’avis de l’autre.

Très fraternellement.

Hervé Vigier, président de l’association  Les amis de Roger Girard et du Rit Primordial de France."

Gadlu-infos, c'est : ICI



7 commentaires:

  1. Bof ! Ceci n'est qu'une grotesque manifestation de cette association totalement inconnue et qui donc, a besoin d'exister... et une bonne opération au bénéfice des auteurs et de leur éditeur. Nous sommes donc bien dans le domaine du mercantilisme pur ! Ces dépots à l'INPI, quelque soit l'angle sous lequel ils sont observés, sont détestables au plus haut degré (par celui de la maçonnerie, en tous cas) !

    RépondreSupprimer
  2. En ce qui concerne le dépôt INPI :

    1/ le livre devait initialement s’appeler « Les Spécificités du Rit Primordial de France » et le manuscrit a été déposé en copyright en novembre 2011… il y a donc antériorité… et protection du titre. En effet, un titre de livre est protégé par le droit d’auteur (art. L112-4)
    2/ le manuscrit a été envoyé à Dervy et à Detrad début 2012 et le contrat signé avec Dervy fin 2012. Les éditions Dervy aurait fait une vérification qu’elles n’auraient rien trouvé puisque le dépôt INPI est postérieur.
    3/ le dépôt en classe 41 ne veut, selon le code de la propriété industrielle et intellectuelle, absolument pas dire qu'il puisse revendiquer la propriété et l’usage exclusif de l’appellation « Rit Primordial de France ». Coca Cola attaquerait-il un livre sur l’histoire de la marque ?

    Pour ce qui est de sa vision du RPdF, c’est la sienne. Pour le citer : « Le débat est alors ouvert sur des bases maçonniques, où chacun a sa place et respecte l’avis de l’autre. ». Celà ne semble pas être son cas puisqu'il se permet de juger la vision d’un frère (feu Maurice Bouchard) qui y a consacré plus de 30 ans. C’est dommage… Notamment du fait des vérifications historiques faites auprès d’historiens reconnus français et belges.
    Son approche est très orientée "Guilly". Faut-il rappeler que son œuvre est restée inachevée ?
    Ceci étant, les retours sont très positifs de la part de « membres éminents » (sic !) de la GLRB, de la GLAMF et du GODF qui le connaissent ainsi que Roger Girard et ont apprécié le livre. C'est le plus important...

    Pour ce qui est de son affirmation : « [le livre] propose un rituel qui n’a jamais existé », il s’agit du rituel adopté en 1785 par le GODF.

    Quant à sa demande de retrait à Dervy elle est assortie d'une demande d'un « juste dédommagement » !!! Nous ne sommes pas loin de l’ "opération financière"…

    RépondreSupprimer
  3. :D
    A noter que ce droit de réponse a été posté après réception de la réponse de Dervy qui a reçu l'accusé réception du courrier...

    RépondreSupprimer
  4. Dont acte ! Merci Philippe Michel pour ces utiles et perninentes remarques. En raison des commentaires douteux que ce genre de mise au point générent, nous terminons avec celui-çi leurs publications, il ne manquerait plus que nous soit demandé un droit de réponse au droit de réponse !

    RépondreSupprimer
  5. Deux approches différentes d'un même rite offrent une vision plus large.
    Maintenant, que deux publications portent le même titre pourraient déstabiliser le lecteur qui ne saurait vers quel choix se porter en magasin ... à défaut d'acheter les deux.
    Prenons le titre "La franc-maçonnerie" ; sur Amazon on trouve 3 livres/auteurs différents sur les deux premières pages ; vu qu'ils sont disponibles à la vente, j'en déduis que les maisons d'éditions ne se sont pas battues pour revendiquer ce titre.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, c'est un bon blog qui amène à la réflexion. Mais pour ceux qui désirent en savoir plus sur la Rose-Croix et l'anthroposophie :
    http://anthroposophie-steiner.blogspot.fr/?m=1

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour les compliments. Pour votre remarque, je la prends avec humour... il suffit de lire le sous titre du blog, de cliquer sur "rose-croix" dans les tags pour "en savoir plus"... Et sans faire du prosé"lytisme, même s'il m'est souvent reproché de laisser faire paraître "en filigrane" mes appartenances.

    RépondreSupprimer

Les commentaires offensants et dénigrants et ceux d'attaques ad nominen, non fraternels, ne seront pas publiés.